Mycose vulvaire : L’essentiel à savoir à propos

Mycose vulvaire : L’essentiel à savoir à propos

0 Comment

Dans la physiologie féminine, certaines réactions anormales surviennent, signe de mauvaise santé. C’est le cas de la mycose vulvaire : une pathologie infectieuse très désagréable. Quand une mycose vulvaire apparait chez la femme, c’est l’inconfort général. Alors, que peut-on savoir sur cette pathologie propre à la gent féminine ? Les réponses dans cet article sur la cause, les symptômes et les traitements.

Qu’est-ce qu’une mycose vulvaire ?

Une mycose vulvaire est une maladie infectieuse non transmissible par voie sexuelle. Elle se développe dans la zone vaginale et son apparition augmente la probabilité de contracter des infections sexuellement transmissibles. Encore appelée mycose vaginale, elle est due à un champignon appelé le « candida albicans ».

Elle est notamment causée par un déséquilibre entre les bonnes bactéries (lactobacilles) et les mauvaises bactéries présentes dans le vagin. La flore vaginale peut être modifiée par les douches vaginales avec des savons agressifs. L’usage fréquent des tampons ou autres produits intimes parfumés est la cause fréquente de l’apparition d’une mycose. De même, le déficit immunitaire favorise l’apparition d’une mycose vaginale. Pour en savoir plus, faites plus d’amples recherches.

Quels sont les symptômes d’une mycose vulvaire ?

Une mycose vaginale peut être reconnue grâce à plusieurs symptômes. Elle se manifeste par des pertes aqueuses grisâtres, une odeur vaginale nauséabonde et des démangeaisons autour du vagin. Aussi, vous pouvez ressentir une sensation de brûlure lors de la miction, une rougeur et un gonflement de la vulve.

Lors d’un rapport sexuel, ressentir des douleurs inhabituelles est aussi signe de la présence d’une mycose vaginale. Par ailleurs, une mycose vaginale ou vulvaire peut être présente sans symptômes apparents. Dans ce cas, vous ne pouvez l’identifier qu’après une consultation chez le gynécologue.

Comment traiter une mycose vulvaire ?

Souffrir d’une mycose vulvaire n’est pas si grave, mais il faut nécessairement le traiter. Ainsi, il existe des traitements basiques par voie orale et des traitements spécifiques à base d’ovules vaginaux, de tampons probiotiques, des crèmes ou des compléments alimentaires.

Toutefois, une consultation médicale est fortement recommandée si vous êtes à votre première infection. Vous pouvez après cela faire de l’automédication pour la traiter et vous soulager. Des médicaments antifongiques sont disponibles en vente libre.